Hydrographie

La Vendée est un territoire de transition

Sur le plan géologique, la Vendée est un territoire de transition ou les ressources en eau souterraines restent faibles :

- le Massif Armoricain (Nord et Centre) : sous-sol essentiellement granitique et schisteux. Ces roches sont relativement massives et l’eau y est peu abondante, mais présente néanmoins dans les fractures profondes ou les altérations superficielles. Elles contiennent la ou les nappes dites « de socle ».

 - le Bassin Aquitain (Sud) : sous-sol constitué de terrains sédimentaires essentiellement carbonatés. Ces roches calcaires sont beaucoup plus « riches » en eau, celle-ci étant en particulier présente dans de nombreuses fissures, formant les nappes sédimentaires dont la nappe du Dogger et du Lias.

La Vendée dispose de 8 grands bassins versants, les principaux sont :

  • les bassins du marais poitevin : Lay, Sèvre Niortaise et Vendée qui se jettent en baie de l’Aiguillon,
  • les côtiers vendéens : Vie-Jaunay, Auzance-Vertonne, la Baie de Bourgneuf, qui se jettent directement dans l’océan,
  • la Sèvre Nantaise et le bassin de Grand Lieu affluents de la Loire.

Un réseau hydrographique dense

La Vendée est composée d’un maillage hydrographique dense avec plus de 5 000 km de petits cours d’eau, marqué par des marais littoraux importants sur 120 000 ha.

Chiffres clés

Plus de 5 000 km
de cours d'eau
120 000 ha
de marais, 20% de la surface du département