Structure de la population et des ménages

Des naissances moins nombreuses

En 2017, il y a eu 6 143 naissances en Vendée, soit 171 de moins que l’année précédente (6 314 naissances en 2016). Sur la période 2010-2017, le nombre de naissances a reculé de 19 %, cette baisse est certes très marquée en Vendée, mais s’observe également en Région (- 12 %) et en France métropolitaine (- 9 %).

Le taux de natalité en 2016 est de 9,4 naissances pour 1 000 habitants (10,9 pour 1 000 en Pays de la Loire).

La Vendée qui était le 3ième département le plus « fécond » de France métropolitaine avec un taux de fécondité de 2,2 enfants par femme en 2009, se rapproche de la moyenne nationale en 2016 avec 1,9 enfant par femme.

Un vieillissement de la population

La Vendée compte 670 597 habitants en 2016 (51 % de femmes et 49 % d’hommes).

A l’image des autres départements métropolitains, la Vendée est marquée par un vieillissement de sa population, dû au ralentissement de la natalité, à l’arrivée des “babyboomers” dans les classe d’âge des plus de 60 ans, et à l’allongement de l’espérance de vie.

Le poids des jeunes de moins de 20 ans (24,5 %) dans la structure de la population se réduit donc progressivement au profit de celui des personnes de plus de 60 ans, qui sont désormais plus nombreux et qui représentent 29,8 % de la population totale en 2016 (contre 25,9 % en 2011).

Cette tendance est accentuée en Vendée en raison de la forte attractivité qu’exerce le département avec l’arrivée de population nouvelle principalement âgée.

Le vieillissement de la population est donc plus particulièrement visible dans les communes de la façade littorale, mais le sud de la Vendée connaît également une part importante de plus de 60 ans, essentiellement dû à sa population vieillissante qui n’arrive pas à se renouveler.

Une réduction de la taille des ménages

Les 670 597 habitants de la Vendée vivent au sein de 293 758 ménages, soit en moyenne 2,2 personnes par ménage en 2016.

Le nombre de ménage a fortement progressé en quelques années, et c’est la part des ménages composés d’une personne seule qui a connu la plus forte augmentation, passant de 30,1 % en 2010 à 32 % en 2016. A l’échelle de la Région des Pays de la Loire, cette part est passée de 33 % à 34,7 %.

Les familles monoparentales sont également plus nombreuses et représentent 18 669 ménages en 2016, contre 15 454 en 2011 en Vendée. Leurs poids au sein des ménages reste toutefois inférieur à la moyenne nationale (6,4 % contre 9,6 %).

Chiffres clés

6 143
naissances domiciliées
24,5 %
moins de 20 ans
29,8 %
plus de 60 ans
293 758
ménages
2,2
personnes en moyenne par ménage
32 %
ménages d'une personne

Définitions :

Taux de natalité: Rapport du nombre de naissances vivantes de l'année à la population totale moyenne de l'année.

Taux de fécondité : Rapport du nombre de naissances vivantes de l'année à l'ensemble de la population féminine en âge de procréer (nombre moyen des femmes de 15 à 50 ans sur l'année).

Naissances : Naissances d'enfants nés vivants comptabilisés au lieu de résidence de la mère.

Ménage : Ensemble des occupants d'un même logement sans que ces personnes soient nécessairement unies par des liens de parenté (en cas de cohabitation, par exemple). Un ménage peut être composé d'une seule personne.

Famille : Chaque personne d'un ménage ne peut appartenir, tout au plus, qu'à une seule famille. Une famille comprend soit un couple (marié ou non) et, le cas échéant, ses enfants ; soit une personne sans conjoint et ses enfants (famille monoparentale).

Autre ménages sans famille : Ménage de plusieurs personnes ne comprenant aucune famille (cohabitation par exemple)

Taille d'un ménage : Nombre d'occupants d’une résidence principale. La taille moyenne des ménages est le rapport entre la population des ménages et le nombre de ménages.