Dynamiques démographiques

Une répartition équilibrée de la population Vendéenne

Les nouveaux chiffres de la population légale sont entrés en vigueur le 1ier janvier 2019, ils concernent le recensement des habitants au 1ier janvier 2016.

Avec 670 597 habitants au recensement de la population 2016, la Vendée est le 3ième département le plus peuplé des Pays de la Loire, après la Loire Atlantique (1 380 852 habitants) et le Maine et Loire (810 934 habitants), et rassemble ainsi près de 18 % des résidents de la région.

La population vendéenne est majoritairement concentrée sur le littoral, le rétro-littoral, la ville centre de La Roche sur Yon et le Nord Est du département. Cette répartition de la population induit des disparités de densité sur le territoire (moins de 40 hab. /km² dans de nombreuses communes du Sud de la Vendée contre plus de 1 000 hab. /km² pour les Sables d’Olonne ou Montaigu). La moyenne de densité de population de 99,8 hab.km² en 2016, est nettement inférieure à la moyenne régionale (115,9 hab./ km²) et à la moyenne nationale (104,6 hab./ km²).

A dominante rurale, la Vendée est marquée par un réseau important de communes de petite et moyenne taille, et reste un département sous faible influence urbaine, où seulement un quart de la population (24 %) vit dans un pôle urbain (8 communes de plus de 10 000 habitants).

Un département attractif avec une croissance démographique forte

Depuis le recensement de 2011, le Département de la Vendée a gagné 28 940 habitants, soit un gain d’environ 5 800 personnes supplémentaires en moyenne chaque année entre 2011 et 2016.

Grâce à un taux élevé de croissance démographique de 0,9 % par an en moyenne, la Vendée se place ainsi au 2ième rang des départements des Pays de la Loire les plus dynamiques et au 14ième rang des départements de France.

A titre de comparaison, le taux de croissance moyen annuel est de + 0,7 % à l’échelle régionale et de + 0,4 % à l'échelle nationale.

Toutefois, un ralentissement démographique est marqué en Vendée, la croissance était de 1,4 % par an entre 2006 et 2011. Il est dû principalement au ralentissement du solde migratoire.

Une très grande majorité des communes vendéennes (81 %) connaissent une croissance de leur population mais cette proportion est moindre que prédécemment (90 %).

La croissance est particulièrement importante dans les grandes aires urbaines du département, sous l'effet d'un solde migratoire toujours plus fort qui vient compenser un solde naturel de plus en plus négatif. En effet, en Vendée, la croissance démographique s'explique pour prés de 86 % par le solde migratoire, confirmant ainsi le fort pouvoir d'attractivité résidentielle et économique du département.

En revanche, une évolution de la population plus modérée, voire négative, s'observe dans certaines communes du littoral et à l'est du département.

Chiffres clés

670 597
habitants (INSEE RP 2016)
641 657
habitants (INSEE RP 2011)
773 477
population DGF en 2016
99,8
habitants / km²
+ 5 788
habitants supplémentaires en moyenne par an entre 2011 et 2016
+ 0,9 %
de croissance annuelle moyenne de la population entre 2011 et 2016

Définitions :

Population municipale : Personnes ayant leur résidence habituelle sur le territoire de la commune, dans un logement ou une communauté, les personnes détenues dans les établissements pénitentiaires de la commune, les personnes sans-abri recensées sur le territoire de la commune et les personnes résidant habituellement dans une habitation mobile recensée sur le territoire de la commune.

Population comptée à part : Certaines personnes dont la résidence habituelle est dans une autre commune mais qui ont conservé une résidence sur le territoire de la commune.

Population totale : Somme de la population municipale et de la population comptée à part de la commune.

Solde naturel : Différence entre le nombre de naissances et le nombre de décès enregistrés au cours d'une période.

Solde migratoire : Différence entre le nombre de personnes qui sont entrées sur le territoire et le nombre de personnes qui en sont sorties au cours de l'année.

Population DGF (dotation globale de fonctionnement) : Elle comprend la population légale auquel il faut rajouter le nombre de résidences secondaires (1 hab. /résidence secondaire) et de places de caravanes (des aires d’accueil des gens du voyage).